Formation des enseignants à la psychomotricité

par QUEBECENFORME

Bravo à l’initiative du « Regroupement Québec en Forme de Rouyn-Noranda »

« C’est reconnu : l’intégration de la psychomotricité auprès des jeunes favorise le développement global de l’enfant et lui permet entre autre, une meilleure adaptation à son environnement scolaire et social.

Voyez comment le regroupement de Rouyn-Noranda a permis à l’ensemble des éducatrices en préscolaire de la Commission scolaire d’intégrer, de façon simple et efficace, la psychomotricité dans les activités de tous les jours permettant ainsi d’en assurer la continuité et ce, au bénéfice de ses tout-petits. »

 

L’intérêt de cette approche en formation, auprès des enseignants en petite enfance,  est ici l’accompagnement sur le terrain. 

Des  personnes formées à la psychomotricité transmettent  leur savoir directement sur le lieu de l’apprentissage : l’école.Pour cela, les psychométriciens utilisent uniquement le matériel disponible en classe, d’où cette notion d’approche  » facilitante ». Double intérêt : D’une part, nul besoin pour l’école d’engager des dépenses supplémentaires en achat d’équipement. D’autre part, le matériel de classe est utilisé dans sa polyvalence. In fine, l’instituteur bénéficie ainsi d’une formation parfaitement adaptée à ses besoins. Il peut ensuite dupliquer ou adapter ses savoirs  à l’environnement pédagogique qu’il maîtrise. 

Nous  avons également au travers de cet exemple une constatation. Le besoin de formation en psychomotricité, tout comme en sociomotricité, est loin d’être une préoccupation franco française. 

Le développement cognitif de l’enfant qui passe par l’activité motrice fait appel à des connaissances d’enseignements qui ont besoin d’être partagées

Une remarque, un commentaire ? Allez-y !